Accueil > Bilan du programme Territoire de Soins Numérqiue

Bilan du programme Territoire de Soins Numérqiue

E-santé : Quelles solutions proposées par les territoires de soins numériques?

La coordination des parcours de soins est au cœur du programme Territoires de Soins Numériques lancé en France en 2014.

Les cinq projets régionaux sélectionnés, basés sur des plateformes et services digitalisés sont maintenant entrés en phase opérationnelle. SI coordonnés, dématérialisation, outils de communication en ligne, etc., voici un aperçu des innovations qu’ils proposent.

Chacun des 5 projets s’est développé autour de priorités spécifiques : la  lutte contre les maladies chroniques pour l’OIIS, la relation ville-hôpital pour eTICSS, l’articulation de systèmes d’information avec TERR-eSANTÉ, le maintien à domicile pour Santé-Landes et les outils d’échanges entre professionnels de santé avec PASCALINE. Mais toujours avec comme objectif principal, une meilleure gestion du parcours patient grâce à l’interdisciplinarité et à l’innovation numérique. Les exemples des projets PASCALINE et TERR-eSANTÉ montrent le potentiel du digital pour améliorer le lien entre patients et professionnels médico-sociaux.

« De l’ambition initiale nous sommes passés à l’action, et vous en êtes le signal », a déclaré la directrice générale de l’offre de soins (DGOS), Anne-Marie Armanteras de Saxcé.

L’objectif du programme TSN déployé dans les cinq régions sélectionnées en 2014 (Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche-Comté, Océan Indien, Nouvelle Aquitaine et Île-de-France) était de « combiner l’innovation organisationnelle des professionnels de santé autour du patient » et « l’usage des nouveaux outils numériques » pour améliorer la coordination autour des parcours de soins.

« Le programme TSN n’est pas une couche de millefeuille supplémentaire. Il doit être au service du professionnel de santé pour lui faciliter la vie et rendre la coordination plus fluide et communicante ».

La directrice de l’Agence nationale d’appui à la performance des établissements de santé et médico-sociaux (Anap), Sophie Martinon, a estimé que le programme arrivait au « moment crucial » des premiers résultats. « Nous sommes entrés dans le concret avec les premières cohortes de patients prises en charge ».

« Capitaliser » sur les expériences pilotes

Ces résultats permettront de « capitaliser » sur les expériences pour préparer leur diffusion à l’ensemble du territoire, a indiqué Sophie Martinon.

L’Anap travaille actuellement à la production de documents pour l’ensemble des acteurs de santé autour de quatre thématiques de capitalisation: le système d’information (SI), l’organisation autour de la coordination, la mobilisation des acteurs, l’achat de services numériques complexes et l’interface avec les industriels.

Le chef du bureau des systèmes d’information des acteurs de l’offre de soins à la DGOS, Franck Jolivaldt, a précisé que ces « livrables » en cours de production devaient être publiés « au début de l’année 2017″. Il a assuré que l’objectif de cette capitalisation n’était pas de construire « un seul modèle TSN » mais de mettre en lumière « les différents modèles d’organisation et de services numériques mis en place ».

Franck Jolivaldt a souligné la « belle réussite » du programme TSN grâce à la mobilisation des acteurs de santé et l’appui fourni par les industriels et leur réactivité « dans des délais que l’on sait contraints ». Il a qualifié de « légitime » les différents niveaux d’avancement des cinq régions pilotes, du fait de la « diversité » et « l’hétérogénéité » des territoires concernés.

Il a ainsi relevé le « particularisme » du projet Pascaline en région Auvergne-Rhône-Alpes qui a confié directement à l’union régionale des professionnels de santé libéraux (URPS) la mise en place du carnet de vaccination électronique (CVE) .

Il s’est félicité de la « réelle coconstruction » qui a eu lieu dans l’ensemble des agences régionales de santé (ARS) sur ces projets.

« On aura gagné lorsque les services numériques seront utilisés par l’ensemble des professionnels de santé au travers de leurs outils de tous les jours », a jugé Patrick Jolivaldt, ajoutant qu’il y avait « encore du travail » à faire avec le soutien de l’Agence des systèmes d’information partagés de santé (Asip santé) afin d’assurer l’interopérabilité des solutions.

Évaluation début 2018

Des représentants des cinq régions pilotes du programme TSN se sont exprimés et ont partagé leurs expériences de mise en place de PTA, dont les contours ont été précisés par un décret paru au Journal Officiel du 6 juillet 2016.

L’ensemble des intervenants ont mis en avant l’impératif de s’appuyer et de mettre à contribution les réseaux de santé existants dans l’organisation des PTA.

Du côté des premiers chiffres, le projet Santé Landes déployé en Nouvelle Aquitaine affiche plus de 1.000 situations de prise en charge coordonnées depuis sa création, 800 professionnels utilisateurs de l’outil numérique de coordination Paaco, dont 250 médecins traitants et plus de 350 infirmiers.

Marie-Noëlle Billot, responsable du projet au sein de l’ARS Nouvelle Aquitaine, a indiqué que les professionnels de santé des Landes demandaient désormais un « renforcement du niveau de service offert ». En 2017, l’ARS travaillera sur « le circuit du médicament au domicile, le suivi des plaies complexes, et le traitement précoce des maladies chroniques inflammatoires ».

Témoignant pour le projet Terr-esanté en Île-de-France qui a inclus ses vingt premiers patients, le Dr Laurent Cénard, directeur du réseau de santé Onco94, a évoqué parmi les « difficultés pressenties » dans le cadre de la montée en charge du projet « l’accompagnement des systèmes d’information dans des structures où il n’y a pas de forte culture du SI« , citant le cas des centres locaux d’information et de coordination (Clic).

Franck Jolivaldt a rappelé que le programme TSN était évalué dans le cadre du programme de recherche sur la performance du système de soins (Preps). Cette évaluation portera sur plusieurs axes et interrogera notamment l’impact médico-économique des TSN et ses conséquences sur les conditions de travail des professionnels de santé. Sa publication est prévue pour « début 2018″.

Télécharger le support de présentation de la journée TSN organisée par la DGOS le 06.12.2016 : TSN : Transformation numérique et organisationnelle des parcours

Télécharger le PPT1

Télécharger le PPT2

Retour à la Lettre N°7 sur Big Data et Santé